DRYMOS-De nouvelles compétences pour de nouveaux emplois dans le secteur forestier

Au cours des dernières années, le niveau général d’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) en matière d’enseignement a considérablement augmenté. Dans de nombreux pays cependant, la sylviculture est enseignée à l’aide d’approches didactiques traditionnelles telles que les cours théoriques et les conférences, combinées à une formation pratique et à des excursions sur le terrain.

L’enseignement de la sylviculture repose principalement sur des outils d’apprentissage traditionnels (publications papier et autres). Un tel système éducatif n’est plus en mesure de fournir les résultats attendus. Par conséquent, il était important pour l’enseignement de la sylviculture d’adopter des approches didactiques modernes et des techniques d’apprentissage innovantes afin de capter l’intérêt de l’étudiant et de garantir une formation souple pour le transfert efficace des connaissances.

Le principal but de ce projet est la modernisation de l’enseignement de la sylviculture à travers le transfert des résultats, d’une méthode d’apprentissage mixte exploitant une problématique d’apprentissage. Hormis le transfert de l’approche didactique, le projet vise également le transfert des compétences pour un environnement orienté TIC ?

Sur le plan thématique, la mise en œuvre pilote est axée sur les outils pédagogiques concernant :

1. La régénération des forêts artificielles dans des conditions changeantes : plusieurs méthodes de production du stock forestier par la plantation d’arbres (conteneurisés ou à racines nues), la multiplication végétative, etc. En outre, nous sommes en mesure de fournir des connaissances et des méthodes nouvelles sur l’utilisation de l’hydrogel pour la régénération forestière afin d’augmenter la résistance à la sécheresse des semis et la réussite globale des plantations forestières.

2. La protection contre l’incendie et le volontarisme

3. La protection contre les inondations

4. La connaissance et l’identification de la faune des forêts

5. La formation à la façon de diffuser des informations scientifiques au grand public

6. Les méthodes innovantes pour la mesure de la végétation forestière : ce cours présente l’exploitation et l’utilisation d’équipements électroniques pour mesurer la végétation forestière (la croissance d’un arbre, le diamètre du tronc, la taille, le volume...). Cet équipement peut être très utile, mais aussi très coûteux. De ce fait, il n’est pas utilisé pour les pratiques forestières en Slovaquie ou seulement dans une moindre mesure.

7. La sylviculture au plus près de la nature : le système sylvicole exploite les processus naturels dans les écosystèmes forestiers (comme les relations concomitantes et symbiotiques) pour :

            a) réduire l’intervention humaine dans le développement forestier, et par    conséquent réduire les coûts des traitements sylvicoles et 

            b) développer une structure forestière qui est plus naturelle et donc plus     résistante aux catastrophes et aux parasites.

8. Les divers essences de bois et leur commercialisation: ce cours est axé sur l’association des bois et sur les catégories de qualité de bois et les défauts du bois qui affectent sa qualité et son prix. Cependant, le cours présente également d’autres outils sur la mesure du bois, sur le commerce du bois et sur la communication dans le milieu des affaires.

Les principaux résultats du projet sont :

i)          le transfert d’une approche d’apprentissage mixte (ou hybride) à la formation         sylvicole supérieure grecque,

ii)         l’adaptation et l’application d’une plateforme d’e-learning et

iii)         les outils pédagogiques basés sur les TIC créés et testés (cours pilote,        gestion de la forêt dans des conditions environnementales changeantes).Cette approche appuiera l’innovation d’outils pédagogiques basés sur les TIC        et le transfert des résultats de la recherche des pratiques forestières. Sur le           long terme, ces activités contribueront à combler le fossé entre les        établissements d’enseignement et les pratiques forestières et à améliorer leur  coopération.

 

Joomla templates by Joomlashine